«Pour protéger le climat, il faut poser des conditions-cadres qui permettent de réaliser des projets concrets »

Issu de la construction et toujours actif dans ce domaine, le PLR vaudois Olivier Français est candidat à sa réélection au Conseil des Etats. La SSE appelle à voter en sa faveur lors du second tour, qui aura lieu le 10 novembre dans le canton de Vaud.

Le climat aura sans conteste marqué la campagne et le premier tour des élections. Quelles solutions proposez-vous ?
Comme je l’ai mis en avant dans le cadre des débats sur la loi sur le CO2, une révision de la loi sur l’aménagement du territoire (LAT) est nécessaire si l’on entend réaliser des projets concrets en faveur du climat, comme par exemple la construction de centrales au biogaz dans des régions rurales. Or les dispositions restrictives de la LAT empêchent aujourd’hui la plupart du temps de réaliser de tels projets. Pour protéger le climat, il ne suffit pas d’allouer des fonds. Il faut aussi poser des conditions-cadres qui permettent la construction d’infrastructures propres contribuant à la transition énergétique.

A propos d’infrastructures, pouvez-vous citer des exemples de projets concrets que vous avez portés, notamment à l’époque où vous étiez Conseiller municipal de la Ville de Lausanne, avant de siéger à Berne ?

Je citerais la construction de l’usine d’incinération Tridel, qui permet de réutiliser la chaleur produite pour alimenter les ménages en chauffage et eau chaude sanitaire. De plus, le tunnel de 3,8 km raccordant l’usine au réseau CFF permet de diminuer le trafic lourd dans l’agglomération lausannoise. Il y a bien sûr aussi la construction du m2, qui dépasse largement les attentes, au point que le canton a mis à l’enquête la première étape du futur m3. Ces projets s’inscrivent dans une vision de développement à long terme, où tous les paramètres doivent être pris en compte. Cela est par exemple le cas de l’enfouissement du LEB, un projet que j’avais porté à l’époque et qui se réalise aujourd’hui.

Quels seront à votre avis les thèmes les plus importants pour la construction au cours de la prochaine législature ?
La mise en application de la nouvelle loi sur les marchés publics (LMP) et l’accord intercantonal seront cruciaux, afin de pouvoir stimuler une saine concurrence et lutter contre la sous-enchère, tout en favorisant l’innovation. Il faudra également poursuive les grands projets d’infrastructures, et veiller à une répartition équitable entre les régions des moyens financiers des fonds FORTA et FAIF. J’aurai aussi personnellement à cœur de faire aboutir ma motion visant à assurer l’autonomie électrique du patrimoine immobilier de la Confédération grâce à la construction d’installations photovoltaïques. Cela donnerait une impulsion forte pour les investissements dans cette énergie propre, qui ne représente aujourd’hui que 0.3% du mix électrique suisse.