Filles et construction

Lors de cette journée Futur en tous genres, les filles et les garçons de la 5e à la 7e année auront la possibilité de découvrir le monde du travail. À travers le projet «Filles et construction», Cadres de la Construction Suisse et la Société Suisse des Entrepreneurs souhaitent éveiller l’intérêt des filles pour les métiers variés de la construction. Au-delà des ateliers d’apprentissage pour maçons, tous les membres de la Société Suisse des Entrepreneurs s’impliquent aussi dans cette initiative.

Ensemble, Cadres de la Construction Suisse et la Société Suisse des Entrepreneurs encouragent le mélange des sexes et promeuvent la relève dans le secteur principal de la construction. Grâce au projet «Filles et construction», les filles peuvent accompagner leur père sur un chantier ou humer l’air de la construction une journée durant dans les centres de formation suivants: le centre des maçons de Ziegelbrücke, l’atelier d’apprentissage pour maçons de Gossau, le centre de cours pour les entrepreneurs d’Effretikon, l’école professionnelle des constructeurs de voies de communication de Sursee, les halls d’apprentissage pour maçons de Sursee, Berne, Berthoud, Thoune et Fribourg, l’école professionnelle CPMB de Colombier et le centre de formation professionnelle SSIC Ticino de Gordola.

Les métiers de la construction peuvent tout à fait être attrayants pour les jeunes filles, comme le montre l’exemple de Jasmine Meier en Argovie. Cette jeune maçonne de 17 ans a décidé il y a environ deux ans de travailler dans le secteur de la construction et nous explique dans une vidéo que ce que les hommes peuvent faire, les femmes le peuvent aussi.

Halle des maçons de Effretikon

Pleines d’enthousiasme: de jeunes travailleuses sur les chantiers lors de la journée de stage découverte dans la construction pour les filles à la Halle des maçons à Effretikon

La force féminine sur les chantiers: des élèves appliquées à la journée de stage découverte dans la construction pour les filles à Effretikon.

Aujourd’hui encore à l’école, mais bientôt travailleuses sur les chantiers?