La Suisse a voté

À l’issue des élections fédérales 2019, il est désormais clair que les majorités au Parlement vont changer. Quelles en seront les conséquences pour la construction? La SSE dresse un premier bilan.

Lors des élections fédérales de ce weekend, le souverain suisse a posé les jalons politiques pour la prochaine législature des deux chambres fédérales. Dans un premier bilan, la SSE fait le point sur les sujets inscrits dans l’agenda parlementaire des quatre prochaines années qui revêtent une grande importance pour la construction.

Nouvelles constructions de remplacement pour la protection du climat

Le changement climatique a été le sujet principal de la campagne électorale. Il s’agit désormais de passer à l’action. Le domaine du bâti continue de présenter le plus grand potentiel en matière de réduction des émissions de CO2 et d’amélioration de l’efficience énergétique. Il est donc important d’inclure immédiatement les nouvelles constructions de remplacement dans le Programme Bâtiments. Dans le même temps, le nouveau Parlement doit absolument miser sur la densification des constructions. L’une des clés pour réduire les émissions de CO2 réside dans le travail de la branche de la construction dans le domaine du bâtiment, et non dans la multiplication des interdictions et la surrèglementation. Après les promesses de la campagne électorale, le nouveau Parlement est appelé à passer à l’action pour permettre au domaine de la construction d’exploiter ce potentiel.

Mettre en œuvre les projets d’infrastructure

Grâce aux fonds pour le financement de l’infrastructure ferroviaire FAIF et le fonds pour le trafic routier FORTA, la Suisse dispose des moyens pour financer le développement et l’entretien urgents et nécessaires des infrastructures de transport. Les trains bondés et les embouteillages ralentissent le développement économique et social. Le nouveau Parlement peut éliminer les obstacles et faire avancer des projets concrets pour que la population suisse profite des effets positifs de ces fonds.

Assainissements durables et viables des assurances sociales

L’AVS et les institutions de prévoyance professionnelle ne sont pas en bon état. Dans ce contexte, le nouveau Parlement doit faire face à d’importants défis. Pour répondre au besoin d’assainissement, il ne faut pas simplement augmenter les contributions et les coûts. Ceux qui prennent au sérieux la notion de durabilité, parfois galvaudée durant la campagne électorale, ne pourront pas éviter des mesures de réduction des dépenses. En effet, il faut éviter que des décisions politiques ne débouchent sur un alourdissement continu des charges salariales. Avec la FAR et le financement de la retraite à 60 ans, la construction a atteint son seuil de tolérance. Le nouveau Parlement ne doit pas remettre en question de telles solutions de branche en introduisant toujours plus de contributions et de prestations pour les assurances sociales existantes.

Exploiter le potentiel économique au lieu de le surrèglementer

Le domaine de la construction est régi par plus de 14 000 articles de lois et d’ordonnances. La réglementation accrue, par exemple en matière de droit relatif au contrat de construction, ralentissent le pays au lieu de le faire avancer. La politique doit mettre fin à la réglementation et élaborer un projet pour revenir sur la réglementation excessive. De plus, les élus doivent créer les conditions-cadres qui permettent le développement économique et social de notre pays. L’économie doit être à même de développer de nouveaux modèles de travail à la fois pour les jeunes débutants, pour les jeunes parents et pour les travailleurs plus âgés, afin de maintenir un taux d’emploi élevé et de pouvoir offrir des postes. Le marché du travail libéral et la flexibilité du temps travail constituent ici des facteurs de réussite importants.

22 sièges encore à pourvoir

Les élections ne sont pas encore complètement terminées. 22 sièges au Conseil des États sont encore à pourvoir, et il s’agit de mobiliser les électeurs pour ce deuxième tour. Dans les cantons romands, la Société Suisse des Entrepreneurs recommande à ses membres de voter pour les candidats suivants :

Olivier Français (VD)

Hugues Hiltpold (GE)

Beat Rieder (VS)

Johanna Gapany (FR)

Beat Vonlanthen (FR)

Avant les élections, la SSE a recommandé de voter pour différents candidats compétents dans des sujets liés au domaine de la construction. La SSE se félicite de l’élection des candidats suivants:

Philippe Bauer (NE)

Marianne Binder-Keller (AG)

Martina Bircher (AG)

Pirmin Bischof (SO)

Jacques Bourgeois (FR)

Thierry Burkart (AG)

Martin Candinas (GR)

Thomas de Courten (BL)

Josef Dittli (UR)

Mike Egger (SG)

Alex Farinelli (TI)

Olivier Feller (VD)

Doris Fiala (ZH)
Beat Flach (AG)

Kurt Fluri (SO)

Hannes Germann (SH)

Benjamin Giezendanner (AG)

Andreas Glarner (AG)

Jürg Grossen (BE)

Diana Gutjahr (TG)

Ruth Humbel (AG)

Thomas Hutter (SH)

Christian Imark (SO)

Matthias Jauslin (AG)

Magdalena Martullo-Blocher (GR)

Damian Müller (LU)

Philippe Nantermod (VS)

Sidney Kamerzin (VS)

Hansjörg Knecht (AG)

Fabio Regazzi (TI)

Franz Ruppen (VS)

Marie-France Roth Pasquier (FR)

Martin Schmid (GR)

Daniela Schneeberger (BL)

Sandra Sollberger (BL)

Manuel Strupler (TG)

Christian Wasserfallen (BE)